RedHat Certified Engineer (RHCE) en mode « kiosk »… finalement

Malgré les mésaventures de l’an dernier (https://blog.mossroy.fr/2016/10/12/redhat-grosses-galeres-sur-formation-examen-rhce/), j’ai fini par pouvoir passer l’examen RHCE de RedHat (toujours en mode « individual exam », ou « kiosk »), et l’ai réussi.

Quoi de neuf sur les problèmes d’inscription depuis 2016 ?

Certains problèmes que j’avais signalés ont apparemment été corrigés :

  • Le mail de confirmation d’inscription donne maintenant la date/heure d’examen dans la timezone du candidat (et non plus une autre timezone)
  • Le clavier Azerty du PC d’examen est bien configuré en Azerty : dans l’interface pour se logger, puis dans les machines distantes qui servent aux exercices. Et on est bien informé de ça dès l’inscription

Concernant les problèmes de login examslocal en SSO (avec la LinuxFoundation ou autre : voir mon précédent article), je n’ai remarqué qu’une différence : il est bien précisé dans l’email de confirmation (qu’on a après l’inscription) qu’on ne pourra pas passer l’examen avec un compte de type SSO. C’est mieux que rien, mais parait toujours un peu léger : cet avertissement arrive bien tard (l’inscription est faite, on ne peut plus changer de login sauf sans passer par le support), et le mieux aurait été d’accepter n’importe quel login examslocal (en adaptant les règles de filtrage sur les PC d’examen).

En tous cas, il est toujours possible de s’inscrire à un examen RedHat avec un compte examslocal SSO qui ne fonctionnera pas. C’est d’ailleurs ce qui m’est (encore) arrivé : leur système avait conservé l’association entre mon compte redhat et le compte examslocal que j’avais utilisé. En m’inscrivant pour ce (second) examen, il a automatiquement été associé à ce « mauvais » compte examslocal, sans me donner la possibilité d’en choisir un autre. Impossible avec le support de savoir où cette association est faite (chez RedHat ou chez examslocal) et/ou de désassocier. On m’a demandé de recréer de nouveaux comptes, avec un autre email, à la fois sur les sites de RedHat et d’examslocal, pour contourner le problème…

Conditions de l’examen

Tout se fait sur un PC portable : ce n’est pas des conditions idéales car l’écran n’est pas très grand, et le clavier non plus. J’ai vu après la fin de l’examen qu’il y avait un clavier USB classique sur une étagère à côté : si j’avais demandé, on m’aurait probablement laissé l’utiliser… tant pis pour moi. En tous cas, le clavier était bien Azerty, et configuré comme tel sur l’ordinateur : c’est l’essentiel.

Les machines d’examen ne tournent pas en local : on y accède par un système de déport d’affichage. Mais cet accès distant pose pas mal de problèmes technique :

  • Il m’est arrivé 2 fois que l’interface se freeze complètement : obligé de se relogger (il y a une combinaison de touches donnée pour ça en début d’examen. Il ne faut pas l’oublier parce que c’est la seule qui permet de s’en sortir !). C’est énervant sur le moment, mais a priori ils donnent du temps additionnel pour compenser le temps perdu.
  • J’ai également été déconnecté une fois, pour une raison que j’ignore. Là aussi, le temps perdu est a priori rattrapé
  • Des problèmes de clavier liés à la latence réseau : il m’est arrivé pas mal de fois (entre 10 et 20) que l’appui (court) sur une touche du clavier donne le même résultat qu’un appui long. Exemple : je tape « systemctl », et il écrit « systemctttttttttttttttttttttl ». Je pense que c’est dû à des latences réseau et à la techno sous-jacente : l’information de l’appui sur la touche a été envoyée, et l’information que la touche a été relâchée est arrivée avec du retard. Évidemment, c’est très énervant quand ça arrive.

Tous ces problèmes techniques ne se posent pas quand on passe un examen « classique » dans une salle d’examen. D’un autre côté, le mode « kiosk » a des avantages importants : la possibilité de choisir quasiment n’importe quelle date, et le fait que l’examen ne puisse pas être annulé au dernier moment par RedHat. Quand on habite loin du lieu d’examen, cela permet de réduire le prix du trajet de manière importante (billets Prem’s à la SNCF, notamment).

Je suis tombé pendant l’examen sur un bug de l’outil nmtui que j’avais déjà rencontré (et signalé) pendant le « online training » : lorsqu’on essaie d’affecter une adresse IPv6 à une connection, nmtui plante en segfault. La seule solution est de le faire avec nmcli. Il s’agit d’un bug dans RHEL 7, dont le correctif (probablement https://rhn.redhat.com/errata/RHBA-2014-0726.html) n’a pas été appliqué sur les machines d’examen. Ils étaient apparemment encore sur une version 7.0 de RHEL (et non 7.1, 7.2 ou 7.3), en tous cas à la date de mon examen.

Résultat

J’ai eu les résultats très rapidement : une heure après la fin de mon examen, par email. Je l’ai réussi avec un score de 253 sur 300 (il fallait 210 points pour l’avoir).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *